Patrice Delbourg

Accueil
Index de l'article
Le Théâtre de l’Imprévu
Lectothèque
Représentations
Fiche technique
Toutes les pages

 



Le Théâtre de l’Imprévu a également conçu différentes lectures (toujours disponibles):

• Antoine Blondin ou l’ironie du sport
• Cet Allais vaut bien le détour
• Robert Desnos, l’homme qui portait en lui tous les rêves du monde
• La vie à en mourir (lettres de fusillés 1941/44)
• Primo Levi (paroles et textes)
• Guerre d’Espagne 1936/39 (paroles et textes)
• Étapes de vies (témoignages de femmes victimes de violence conjugales)
• La femme dans l’œuvre de Slimane Benaïssa

Éric Cénat fonde le Théâtre de l'Imprévu en 1986 pour y jouer les écrits d’auteurs tels que Denis Diderot, Alfred de Musset, Primo Levi, Ferdinando Camon, Bobby Lapointe, Boris Vian, Pierre Michon, Albert Londres, Svetlana Alexievitch, Slimane Benaïssa et dernièrement Odön von Horvath. Parallèlement à cela, il travaille au théâtre avec différents metteurs en scène: Norbert Aboudarahm, Jacques Bondoux, Claude Bonin, Jean-Christophe Cochard, Jacques David, Patrice Douchet, Stéphane Godefroy, Madeleine Gaudiche, Franck Jublot, Gérard Linsolas, Philippe Lipschitz, Dominique Lurcel, Claude Malric, Stella Serfaty, Roland Shön, Bernard Sultan ... Il interprète des textes d’auteurs aussi divers que : Louis Aragon, Wolfang Borchert, Jean-Louis Bourdon, Bertolt Brecht, Gilles Costaz, Pierre Christin, David Edgar, Ben Jonson, Markus Koëbli, Marivaux, Philippe Lipschitz, Jules Renard, Arthur Schnitzler, Martin Speer, Bernard Sultan, Tennessee Williams … Il enregistre également à Radio France/France Culture de nombreuses pièces, dramatiques et fictions. En tant que formateur, il intervient dans des structures très diverses (au sein de l’Education nationale de l’école primaire à l’université mais également en école de commerce et en milieu pénitentiaire) en France et à l’étranger (Allemagne, République Tchèque, Slovaquie). Éric Cénat est également titulaire d’une maîtrise d’histoire contemporaine "Le Théâtre d’Orléans: 1937-1947".

Patrice Delbourg naît à Paris, y vit toujours. Auteur d’une trentaine d’ouvrages, romans, essais, recueils de poèmes, il s’intéresse à l’humour noir aux auteurs décalés, aux jeux radiophoniques (fidèle complice des « Papoux dans la tête » sur France Inter), à la course à pied et aux forçats du bitume. Longtemps journaliste culturel et sportif ("Les Nouvelles Littéraires", "L’Événement du Jeudi"), il se consacre également aujourd’hui à l’animation d’ateliers d’écriture. Lauréat des prix Max Jacob et Guillaume Apollinaire pour ses ouvrages de poésie, il est également auteur, avec Jean-Luc Maxence, de l’Année Poétique (Seghers).
Entre autres titres publiés: Les Désemparés, L’ampleur du désastre, Lanterne rouge, Papier mâché, Cœur raccord et dernièrement Ecchymoses et cætera, Toujours une femme de retard, Comme disait Alphonse Allais, La mélancolie du Malécon, Signe particulier endurance, Les jongleurs de mots… Il a sorti en août 2010 deux livres: L’homme aux lacets défaits (Cherche-midi) et l’Odyssée Cendrars (Archipel).




 

Max Jacob,
un drôle de paroissien


Le Castor Astral
(Janvier 2014)

 

Photo Max Jacob, un drôle de paroissien

 

Entre facétie et désespoir, entre besoin de sainteté et tentations charnelles, Max Jacob n’a cessé de promener son innocence canaille en terre de poésie. Toute son existence fut un périlleux exercice d’équilibre funambulesque. Jamais le poète ne se prit au sérieux. Mais la vie est chose rigoureuse, la mort en est l’enjeu.
Enchanteur fantasque, ami de Picasso et Apollinaire, il a passé sa vie à brouiller les pistes en une étourdissante geste serpentine. Astreint au port de l'étoile jaune, arrêté par les Allemands le 24 février 1944, il meurt d'une congestion pulmonaire au camp de la Muette, à Drancy, le 5 mars suivant.
Dans un portrait mosaïque plus qu'une biographie, Patrice Delbourg redonne vie au pince-sans-rire qui fut à la fois une nouvelle incarnation du juif errant, un archange foudroyé, un réfractaire, un homme de chair et un mystique profond, un conteur et épistolier au lyrisme ébouriffé, un fantaisiste éblouissant.