Patrice Delbourg

Accueil

Prochaines rencontres


Photo Max JacobMax Jacob, sacré funambule!

conçue et interprétée par Éric Cénat et Patrice Delbourg
Labellisée Printemps des Poètes

Le Théâtre de l’Imprévu et la Scène du Blacon ont le plaisir de vous convier à cette lecture théâtralisée

Baroque et studieux, fallacieux et authentique, sage et meurtri, coupable et martyr, il est bien rare de rencontrer tant de paradoxes et contrastes chez une même personnalité. Cette lecture présente le personnage et l’œuvre de Max Jacob. Se succèdent en alternance sur scène : éléments biographiques d’une destinée hors norme qui passe par l’enfance à Quimper, l’aventure artistique du “Bateau Lavoir” à Paris, la retraite spirituelle à Saint Benoît sur Loire, la fin tragique au camp de Drancy ; poèmes entre badinage facétieux et gravité douloureuse ; extraits de lettres à ses amis (Jean Cocteau, Marcel Bealu, Roger Toulouse, Pablo Picasso...)...

Mairie de 2e arrondissement
8, rue de la Banque - 75002 Paris
M° Bourse ou Étienne Marcel

Samedi 08 mars 2014 à 18h30
Entrée libre et gratuite
Réservation au 01 42 96 34 98 ou Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Plus d'infos

 

Max Jacob,
un drôle de paroissien


Le Castor Astral
(Janvier 2014)

 

Photo Max Jacob, un drôle de paroissien

 

Entre facétie et désespoir, entre besoin de sainteté et tentations charnelles, Max Jacob n’a cessé de promener son innocence canaille en terre de poésie. Toute son existence fut un périlleux exercice d’équilibre funambulesque. Jamais le poète ne se prit au sérieux. Mais la vie est chose rigoureuse, la mort en est l’enjeu.
Enchanteur fantasque, ami de Picasso et Apollinaire, il a passé sa vie à brouiller les pistes en une étourdissante geste serpentine. Astreint au port de l'étoile jaune, arrêté par les Allemands le 24 février 1944, il meurt d'une congestion pulmonaire au camp de la Muette, à Drancy, le 5 mars suivant.
Dans un portrait mosaïque plus qu'une biographie, Patrice Delbourg redonne vie au pince-sans-rire qui fut à la fois une nouvelle incarnation du juif errant, un archange foudroyé, un réfractaire, un homme de chair et un mystique profond, un conteur et épistolier au lyrisme ébouriffé, un fantaisiste éblouissant.