Patrice Delbourg

Accueil Presse Valeurs actuelles - 18 novembre 2010
PDF Imprimer Envoyer

Logo du magazine Valeurs actuellesValeurs actuelles - 18 novembre 2010

"L'Odyssée Cendrars", de Patrice Delbourg

Des livres sur Cendrars, il n’en manque pas. Celui de Patrice Delbourg est un chant.
Auteur des Jongleurs de mots, il suit son modèle dans ses secousses, ses inégalités.
Les voyages forment la jeunesse, dit-on. Concernant Blaise Cendrars (1887-1961), ses voyages ont formé son langage. Sans diplôme, Blaise chaparde les connaissances, adapte son écriture aux cahots du monde, ne cesse d’ébouriffer, enjambe les obstacles, vagabond, forban à ses heures, boucanier se poussant à travers la foule, prenant des risques, perdant son bras droit à la guerre. Ce baladin occidental explore le vaste monde.
Delbourg s’accorde à son rythme, le suit à la trace, partage ses dangers, assiste aux rencontres inimaginables pour le commun des mortels, précisant que Cendrars en rajoute dans l’épique. Delbourg accorde ses violons à ceux de Blaise, met ses pas dans ceux de ce bourlingueur que son sablier personnel poussait à être présent là où ça chahute, regrettant de ne pas avoir le don d’ubiquité. Lorsqu’il disparaît, il laisse ses œuvres complètes en quinze volumes.
A. E.
Écriture, 220 pages, 17,95 €.

 

Max Jacob,
un drôle de paroissien


Le Castor Astral
(Janvier 2014)

 

Photo Max Jacob, un drôle de paroissien

 

Entre facétie et désespoir, entre besoin de sainteté et tentations charnelles, Max Jacob n’a cessé de promener son innocence canaille en terre de poésie. Toute son existence fut un périlleux exercice d’équilibre funambulesque. Jamais le poète ne se prit au sérieux. Mais la vie est chose rigoureuse, la mort en est l’enjeu.
Enchanteur fantasque, ami de Picasso et Apollinaire, il a passé sa vie à brouiller les pistes en une étourdissante geste serpentine. Astreint au port de l'étoile jaune, arrêté par les Allemands le 24 février 1944, il meurt d'une congestion pulmonaire au camp de la Muette, à Drancy, le 5 mars suivant.
Dans un portrait mosaïque plus qu'une biographie, Patrice Delbourg redonne vie au pince-sans-rire qui fut à la fois une nouvelle incarnation du juif errant, un archange foudroyé, un réfractaire, un homme de chair et un mystique profond, un conteur et épistolier au lyrisme ébouriffé, un fantaisiste éblouissant.