Patrice Delbourg

Accueil Presse


Logo Le Novel ObservateurLe Nouvel Obs (Jean-Louis Ezine) - Février 2014

Far West au BHV

Employé le jour, cow-boy la nuit. Et pourquoi pas? Ça se passe comme ça chez Patrice Delbourg.

«La vraie vie est si souvent celle qu'on ne vit pas», déplorait Oscar Wilde. Ce n'est pas Eugène Gibloz qui le contredirait. Voilà un modeste employé en blouse grise du rayon outillage du Bazar de l'Hôtel de Ville qui a décidé de vivre, du moins pendant les heures que ne lui volent pas la scie égoïne et la chignole, sa vraie vie. Dans celle-là, il est cow-boy de profession, ce qui est autrement prestigieux.

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer

Logo Le Figaro littéraireLe Figaro littéraire (Thierry Clermont) - 5 novembre 2010

Coup de foudre pour un génie

Dans L'Homme aux lacets défaits, l'écrivain Patrice Delbourg ressuscite Lucien Gaulard, un savant oublié qui sombra dans la folie après s'être fait voler ses inventions.

Il y a de l'électricité dans l'air. En cet automne 2010, deux génies électriques du XIXe siècle ont recueilli les honneurs de notre République des lettres. Nicolas Tesla, l'inventeur du radar, sous la plume de Jean Echenoz (Des éclairs) et son contemporain, Lucien Gaulard, sous celle, bien plus enjouée et chantournée, de Patrice Delbourg, qui connaît bien son homme.

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer

Logo Le PointLe Point (François-Guillaume Lorrain) - Novembre 2010

Delbourg dévore Cendrars

Pas facile de ceinturer le bourlingueur Cendrars et sa " masse poétique étincelante dédiée à l'archipel de l'insomnie ", résumait Henry Miller. Il fallait bien cet infatigable chahuteur de vocables qu'est Patrice Delbourg pour attaquer les parois du Suisse prolifique certes manchot, mais virtuose de la plume. Delbourg a des passions simples : le football, les calembours et Cendrars, décliné ici en 26 lettres d'un abécédaire définitif qui dit bien à quel point l'auteur de " La prose du Transsibérien " fut " un homme d'appétit, de fringales, de désir, écriveur sans relâche, scribe d'encre ".

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer

Logo Le Novel ObservateurLe Nouvel Observateur (Sylvie Prioul) - Octobre 2010

Le poète et le fou

Patrice Delbourg signe un dictionnaire sur l'auteur de Moravagine et ressuscite un génial pionnier de l'électricité

Si l'un est sous-titré roman, les deux ouvrages de Patrice Delbourg sont inspirés par des personnages réels : Blaise Cendrars (1887-1961) et Lucien Gaulard (1850-1888), moins connu que le précédent, «avec des dates rapprochées de poète maudit», ingénieur électricien.

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer

Logo du magazine Valeurs actuellesValeurs actuelles - 18 novembre 2010

"L'Odyssée Cendrars", de Patrice Delbourg

Des livres sur Cendrars, il n’en manque pas. Celui de Patrice Delbourg est un chant.
Auteur des Jongleurs de mots, il suit son modèle dans ses secousses, ses inégalités.
Les voyages forment la jeunesse, dit-on. Concernant Blaise Cendrars (1887-1961), ses voyages ont formé son langage.

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer

Logo Le Monde des LivresLe Monde des Livres - Michel Contat

"L'Odyssée Cendrars", de Patrice Delbourg:
de braise et de cendres

Image de Blaise Cendrars roulant à tombeau ouvert sur les petites routes sinueuses du Massif central en Alfa Romeo rutilante, béret vissé sur "sa trogne unique d'enluminure pour calvados millésimé", conduisant de la main gauche, cigarette fichée entre l'index et le médius, passant les vitesses avec son moignon: il avait eu le bras droit arraché par un obus, en 1915,

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer

Logo Dernières Nouvelles d'AlsaceDernières Nouvelles d'Alsace

Serge Hartmann

 

L'électrique démence de Lucien Gaulard

Ingénieur au génie méconnu, Lucien Gaulard (1850-1888) s'enfonça dans la folie avant de disparaître prématurément. Patrice Delbourg, à travers cette figure de savant misanthrope, livre une chronique amère et incisive d'un Paris fin de siècle. Quelque part entre Lautréamont et Alphonse Allais.
Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer

Logo Le Matricule des angesLe Matricule des Anges!

Eric Dussert

"Derrière une écriture toute de fantaisie pour le style, toute de rigueur pour les renseignements et révélations,Patrice Delbourg offre un dictionnaire critique des grands maudits ou marginaux des lettres francophones.
Sur les traces de Charles Monselet, Patrice Delbourg monte sa galerie de portraits. Il y a soigneusement classé 53 poètes et romanciers par date de naissance.

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer

Logo Le Figaro littéraireLe Figaro Littéraire

Alain Bosquet

Ils sont plusieurs à décrire la misère du trottoir, de la banlieue, des petites heures blêmes et de la solitude dépeuplée, dans notre poésie. Le plus incontournable des poètes misérabilistes demeure aujourdhui Yves Martin. A sa suite, Patrice Delbourg a pris une place enviable car il ne craint pas d’utiliser un langage syncopé aux américanismes nombreux.

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer

Logo L'Événement du jeudiÉvénement du Jeudi

Robert Sabatier

"Il est fou, ce Patrice Delbourg ! Voilà qu’il entraîne le poème dans une accélération interdite par des codes secrets. On trouve une overdose d’alcool et de stupéfiants divers dans le sang de la phrase. Il invente la poésie supersonique lancée par les fusées du désastre. Son titre : l’Ampleur du désastre, sans doute faut-il l’interpréter.

Lire la suite...
 
<< Début < Précédent 1 2 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 2

Max Jacob,
un drôle de paroissien


Le Castor Astral
(Janvier 2014)

 

Photo Max Jacob, un drôle de paroissien

 

Entre facétie et désespoir, entre besoin de sainteté et tentations charnelles, Max Jacob n’a cessé de promener son innocence canaille en terre de poésie. Toute son existence fut un périlleux exercice d’équilibre funambulesque. Jamais le poète ne se prit au sérieux. Mais la vie est chose rigoureuse, la mort en est l’enjeu.
Enchanteur fantasque, ami de Picasso et Apollinaire, il a passé sa vie à brouiller les pistes en une étourdissante geste serpentine. Astreint au port de l'étoile jaune, arrêté par les Allemands le 24 février 1944, il meurt d'une congestion pulmonaire au camp de la Muette, à Drancy, le 5 mars suivant.
Dans un portrait mosaïque plus qu'une biographie, Patrice Delbourg redonne vie au pince-sans-rire qui fut à la fois une nouvelle incarnation du juif errant, un archange foudroyé, un réfractaire, un homme de chair et un mystique profond, un conteur et épistolier au lyrisme ébouriffé, un fantaisiste éblouissant.